Partagez:

HISTOIRE
Le château d’Aulteribe bâti à la fin du Moyen Âge fut remanié et restauré dans la deuxième moitié du XIXème siècle. En 1954, le Marquis de Pierre légua à la Caisse nationale des monuments historiques et des Sites, le château d’Aulteribe et ses collections. Meubles, tapisseries des Flandres et d’Aubusson, tableaux des XVIIème et XIXème siècles, porcelaines de Chine, cartels… forment un ensemble décoratif d’une très grande qualité.
Ce château du XVème siècle, largement restauré au XIXème siècle, est situé à proximité de la voie romaine qui reliait Lezoux au Puy. Aujourd’hui, c’est une étonnante composition d’architecture médiévale et romantique. Il renferme d’impressionnantes collections mobilières d’une grande richesse dont cinq superbes tapisseries des Flandres exécutées d’après des cartons de Téniers.
LA RESTAURATION ROMANTIQUE
À partir de 1833, le château médiéval, qui avait conservé son aspect médiéval, subit d’importantes modifications dans son aspect et sa structure. Henriette Onslow et Joseph de Pierre entreprirent de “rajeunir” l’ancienne forteresse dans le goût romantique et la dotèrent d’une très riche collection de meubles et d’œuvres d’art. En 1954, le marquis Henri de Pierre légua à la Caisse nationale des monuments historiques et des sites le château d’Aulteribe et ses collections : meubles, tapisseries des Flandres et d’Aubusson, tableaux des XVIIème et XIXème siècles, porcelaine de Chine… forment un ensemble décoratif d’une qualité exceptionnelle.
VISITE DU PREMIER ÉTAGE
Le salon vert : Restauré et aménagé dans l’esprit du XVIIème siècle, est conçu autour de la cheminée à la française en bois sculpté. Il abrite notamment un cabinet en poirier teinté ouvrant à deux vantaux sur un décor marqueté, et trois tableaux remarquables : une Adoration des Bergers par l’école de Gerrit van Honthorst, La Tentation du Christ, école bolognaise, et un portrait de Mgr. de Saint-Albin par Hyacinthe Rigaud.
Le Grand salon : Son aménagement a inspiré le tableau peint par Georges Claude en 1886. Il accueille sur le mur face aux fenêtres, cinq tapisseries représentant des scènes de la vie paysanne sur des cartons de Teniers. Leur faisant suite, La Vendange et La Plantation de l’oranger sont l’œuvre de Leyniers. On peut retenir parmi le mobilier, l’armoire en laque noire à deux vantaux, galbée sur ses trois faces, la table à jeux, œuvre de Cramer, une bergère et un fauteuil portant la rare estampille de Bovo et le piano Pleyel du compositeur George Onslow.
Le petit salon : Contraste par son charme et son intimité avec la solennité du grand salon. Il est orné de deux bibliothèques d’angle Louis XV de couleur vert d’eau rechampi* de bleu et possède un meuble d’encoignure à frisage* en bois de rose encadré d’amarante, provenant du château de Bellevue.
La grande chambre d’été : A l’imposant lit “à la polonaise”, est tendue de perse à grands ramages. Elle abrite une petite table d’en-cas plaquée d’acajou, œuvre de Topino, un rafraîchissoir bas à caisson cylindrique, estampillé Canabas et une table à ouvrage à décor marqueté, estampillée Pierre Migeon.
La chambre de l’oncle René : Elle rassemble les souvenirs rapportés de ses voyages en Afrique par René de Pierre. Par la reconstitution d’une tente, on a voulu recréer l’atmosphère exotique à la mode au XIXème siècle.
La petite chambre bleue : De nombreux souvenirs et portraits concernant les familles de Pierre, Onslow et Barral ornent les murs. Le secrétaire à décor de bouquets noués sur fond de bois de rose est signé Jean-Baptiste Fromageau.
La chambre longue : Elle est meublée dans le style Louis XVI. Une importante série d’estampes, représentant principalement le parc du château de Versailles, habille en totalité le mur opposé à la cheminée.
La chambre rouge : Tendue de damas cramoisi possède un bureau à cylindre en acajou moucheté et un paysage attribué à Hubert Robert. Sur la cheminée, une paire de grands candélabres à cinq branches encadre une élégante pendule en marbre blanc d’époque Louis XVI, comme l’ensemble du mobilier de cette pièce.
Le salon jaune : Est dédié à l’évocation du souvenir du compositeur George Onslow.
La chambre du père : A gauche de la cheminée se trouve un tableau de Theodor Van Thulden représentant une allégorie Harmonie et mariage et, au-dessus de la porte, un cartel d’applique.
La galerie : Une importante série de coffres gothiques et Renaissance ainsi que des sièges cannés estampillés de Meunier et de Cresson, composent l’ameublement de cette longue galerie de tableaux. Trois sont à signaler : une copie du portrait d’Henri IV par Frans II Pourbus, Richelieu par Philippe de Champaigne ainsi qu’un paysage à l’antique d’Hubert Robert.


Ressources pédagogiques

 
Château d'Aulteribe - Wikipédia


Galerie Photos


Contact

Tél: 04 73 53 14 55
Web: www.aulteribe.monuments-nationaux.fr


Ouverture / Fermeture

Ouvert
-15 mai au 15 septembre, tous les jours de 10h à 12h et de 14h à 18h30
-16 septembre au 14 mai, tous les jours sauf le lundi de 10h à 12h et de 14h à 17h30

Fermé
-les 1er janvier, 1er mai, 1er et 11 novembre, 25 décembre

Tarifs

-Plein tarif : 5,50
-Tarif réduit : 4,50 (jeunes de 18 à 25 ans non ressortissants de l’Union européenne)
-Tarif groupe : 4,50 (groupe d’adultes à partir de 20 personnes, groupe conduit par un professionnel du tourisme, conférencier et guides de l’Union européenne)
-Tarif droit réservation groupe scolaire : 20 EUROS (15 EUROS pour les ZEP) ; 35 élèves maximum

Accès

-De Saint-Etienne : A 72 jusqu’à Thiers, sortie n° 2 vers Courpière, puis N 89, D 906 et D 44 jusqu’à Aulteribe
-De Clermont-Ferrand : D 769, puis N 89 jusqu’à Lezoux, puis D 223 vers Courpière

Adresse

Notre Adresse:

Château d’Aulteribe - 63120 Sermentizon

GPS:

45.775003038482765, 3.4989126904602017

Alors faites un commentaire !

Un avis? Un conseil? Une remarque?
Laissez nous un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Les champs marqués d'un * sont obligatoires.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec