Conte – La petite sirène et le prince – Hans Christian Andersen

 

Conte

La petite sirène et le prince – Hans Christian Andersen


>>> Ressources pédagogiques à imprimer <<<

Résumé

La Petite Sirène vit sous la mer auprès de son papa, le roi de la mer, de sa grand-mère et de ses cinq sœurs. Lorsqu’une sirène atteint l’âge de quinze ans, elle est autorisée à nager jusqu’à la surface pour contempler le monde extérieur. Lorsque la petite sirène atteint enfin cet âge, elle se rend à son tour à la surface où elle aperçoit un navire avec un beau prince (humain) de son âge. Une tempête se déclenche, le navire chavire et le prince tombe à l’eau. Elle le sauve en le ramenant, inconscient, au rivage. Mais une jeune femme surgit, la sirène s’éclipse. Le prince, à son réveil, aperçoit la jeune femme et pense qu’elle l’a sauvé. La petite sirène s’en va. Surprise d’avoir découvert que les hommes ne respirent pas sous l’eau et meurent très vite, elle questionne sa grand-mère. Celle-ci lui apprend que les hommes vivent bien moins longtemps que les sirènes mais qu’ils ont une âme éternelle. La petite sirène veut, elle aussi, avoir une âme éternelle. Pour cela, lui dit sa grand-mère, elle doit se faire aimer et épouser d’un homme.

Elle finit par aller trouver la sorcière des mers, qui lui fournit une potion permettant d’avoir des jambes à la place de sa nageoire, afin de séduire le prince. La petite sirène paye cela en offrant sa voix magnifique à la sorcière. Lors de sa transformation, la douleur est terrible. Si elle échoue et que le prince en épouse une autre, à l’aube, elle se dissoudra dans l’eau.

Le prince la découvre sur la plage, est frappé par sa beauté. Il s’attache à elle, mais il pense toujours à la jeune femme de la plage qui l’aurait sauvé, et qu’il a perdu de vue. Malheureusement, la pauvre sirène ne peut plus parler ni expliquer que c’est elle qui l’a sauvé.

Un jour, le prince est contraint par son père de naviguer jusqu’au royaume d’un roi voisin pour épouser sa fille. Le prince prétend alors qu’il préfère épouser la sirène. Mais arrivé sur place, il découvre que la fille de ce roi est celle qui l’a retrouvé sur le rivage. Le prince tombe amoureux de cette princesse et annonce leur mariage.

La petite sirène a le cœur brisé, mais ses sœurs viennent à elle avec un couteau magique. Si la petite sirène frappe au cœur le prince avec ce couteau, elle redeviendra sirène à nouveau et pourra continuer sa vie sous-marine. Mais la petite sirène ne peut pas se résoudre à tuer le prince, lorsqu’il est endormi auprès de sa compagne. Elle se jette donc à la mer et se transforme en écume de mer.

Mais elle ne meurt pas et devient alors une fille des airs, un être invisible pour les humains. En s’acharnant pendant trois cents ans à faire des bonnes actions et veiller sur les hommes, elle gagnera une âme éternelle.


L’Auteur

Hans Christian Andersen est un conteur célèbre à l’image des Frère Grimm et de Charles Perrault. D’origine danoise, il est le symbole du génie populaire nordique. Né à Odense le 2 avril 1805, il est issu d’une famille démunie. Son père est un cordonnier malade et sa mère est bien plus âgée. A la mort de son père en 1816, il est entièrement livré à lui-même, et il arrête ses études. Son imagination est déjà débordante à cette époque.
Il construit seul un petit théâtre jouet et s’enferme chez lui pour fabriquer des vêtements à des marionnettes. Il est également friand d’œuvres littéraires telles celles de Ludvig Holberg et William Shakespeare. Malgré tout, son rêve premier est de devenir chanteur d’opéra et, pour cela, il part à Copenhague en septembre 1819.

Essuyant un sérieux échec, et en proie à la misère la plus noire, il finit par être admis en tant qu’apprenti danseur au théâtre royal sur recommandation. Heureusement, 1822 marque un tournant pour Hans Christian Andersen, il commence la publication de ses premiers textes. Il a son premier succès, notamment en 1830 avec Promenade du canal de Holmen à la pointe orientale d’Amagre. Il écrit ensuite d’autres romans assez autobiographiques tel L’Improvisateur en 1835 et Rien qu’un Violoneux en 1837. En parallèle, il écrit de nombreux poèmes, des pièces de théâtre des récits de voyage, et un journal assez conséquent ; un écrivain finalement très complet.

Mais, c’est dans la période de 1832 à 1842 qu’il publie ce qui fera sa réputation, ses premiers contes merveilleux. Il voyagea beaucoup et ses contes connurent un vif succès. Sa troisième série débuta en 1845, ses contes n’ont d’ailleurs jamais été destinés à des enfants, bien que par la suite ils furent de ses plus fervents lecteurs. Hans Christian Andersen est alors très célèbre dans toute l’Europe, mais beaucoup moins, étrangement, dans son propre pays. Il fait plus tard la rencontre avec Charles Dickens qui fit de son personnage « Uriah Heep » le portrait exact de Hans Christian Andersen.

Après une longue absence, en 1857, il sort sa nouvelle Être ou ne pas être. Ses Contes sont publiés en épisodes jusqu’en 1872. On lui connaît aujourd’hui de grands contes très populaires comme, entre autres : La Petite Fille aux Allumettes (inspirée de la rude enfance de sa mère) ; Chacun et Chaque Chose à sa Place ; La Petite Sirène ; La Princesse aux Petits Pois ; Le Rossignol ; Le Vilain Petit Canard ; La Reine des Neiges ; Les Habits Neufs de l’Empereur ; etc. Ses contes et histoires diverses sont traduites dans plus de quatre-vingts langues et pays du monde entier, et inspire encore aujourd’hui les artistes tout en émerveillant petits et grands. Malheureusement, Hans Christian Andersen fait une grave chute de son lit pendant les fêtes de Noël, cette blessure l’emportera jusque dans la mort. C’est un 4 août 1875 qu’il meurt dans sa petite maison de Rolighed au Danemark. Son corps réside encore aujourd’hui au cimetière Assistens, à Copenhague.


Galerie Photos


>>> Ressources pédagogiques à imprimer <<<