Une Ville fortifiée au Moyen Age – Carcassonne

 

Une Ville fortifiée au Moyen Age

Carcassonne


>>> Ressources pédagogiques à imprimer <<<

Carcassonne, plus de 2 000 ans d’histoire militaire

Depuis la période préromaine, des fortifications ont été érigées sur la colline où est aujourd’hui située Carcassonne. Sous sa forme actuelle, c’est un exemple remarquable de cité médiévale fortifiée dotée d’un énorme système défensif entourant le château et les corps de logis qui lui sont associés, les rues et la superbe cathédrale gothique. Carcassonne doit aussi son importance exceptionnelle à la longue campagne de restauration menée par Viollet-le-Duc, l’un des fondateurs de la science moderne de la conservation.

Oppidum habité depuis l’Antiquité, le plateau de Carsac sera l’objet de bien des convoitises. Les Romains conquérants s’emparent de la place au 1er siècle avant JC. Ils y construisent de solides murailles, les fameux « remparts de Carcassonne ». Maintes fois conquise puis perdue, la cité sera successivement occupée par les Wisigoths, les Sarrasins puis les Francs.


L’épopée cathare

Quand, au XIème siècle Roger-Raymond Trencavel se proclame vicomte de Carcassonne, il tient une ville prospère et va se lancer dans les travaux. Les murailles sont réparées. A l’abri de l’enceinte, le château comtal est adossé aux fortifications gallo-romaines. Le vicomte est un homme riche à l’esprit ouvert. Il fait bon vivre dans le château : on y reçoit, on y festoie, on s’y amuse et on discute beaucoup. Deux bourgs viennent ensuite s’accoler à la cité fortifiée, ils seront plus tard rasés.

Le sort de la cité médiévale de Carcassonne va basculer avec l’arrivée du catharisme et des croisades menées pour l’anéantir. Après la victoire de Simon de Monfort sur Trencavel, Carcassonne revient au roi de France et ce dernier va la transformer. Afin de rendre cette place stratégique imprenable, Saint-Louis fait construire une deuxième muraille avec entre les deux, un passage aplani appelé « lice ». Une ville sera construite hors de l’enceinte de l’autre côté du fleuve.

L’enceinte extérieure est difficilement franchissable du fait des multiples points de défense. Courtines crénelées percées de fines archères à bêche, barbacanes (fortifications circulaires ou semi-circulaires ouvertes vers l’intérieur) et quelques tours dont la tour de la Vade la composent.


Fortification gallo-romaine

L’assaillant qui par chance arrive à passer ce premier obstacle n’est pas au bout de ses peines. Pris à revers, il est attaqué par les archers installés dans les barbacanes et les tours ouvertes vers les lices. La tour du Grand Burlat située à l’angle sud-ouest de la muraille permet d’imaginer l’efficacité de cette architecture.

La ligne de protection intérieure est une enceinte de plus d’un kilomètre qui par endroit intègre des éléments gallo-romains reconnaissables à leur chaînage de briques pris dans les pierres. Bien plus haute que la première elle comprend d’imposantes tours comme la tour Trésau, la tour du Moulin du Midi ou les tours jumelles de la porte Narbonnaise, remarquables par leur avancée en forme d’éperon. Ces dernières constituent l’entrée principale de la cité.

Cette entrée est protégée par une chaîne et une voûte où coulissent deux herses. Précaution supplémentaire, un assommoir est situé en haut de la voûte, l’assaillant qui s’aventure là, reçoit toute sorte de matériaux sur la tête.


Bastide royale

Au sud, se trouve la porte Saint-Nazaire avec sa tour carrée et sa plate-forme sur laquelle on plaçait une grande catapulte capable de mettre à terre nombre d’ennemis. Au Nord, dans la partie la plus ancienne : la porte du Bourg. A l’ouest : la porte d’Aude proche du château, son accès est difficile du fait du relief abrupt.

Avec ces deux murailles, ses entrées biaisées précédées de barbacanes, ses tours aux pierres bosselées et tout son dispositif militaire, la cité est bien gardée. Du fait de sa réputation de ville imprenable, Carcassonne va vivre tranquille mais perdra son intérêt militaire après la signature du traité des Pyrénées.

Elle va devenir une des plus importantes places manufacturières de France et s’enrichir grâce à la production de draps. La prospérité que le commerce apporte à la ville basse, devenue bastide royale, fait que celle-ci se développe au détriment de la cité qui s’appauvrit. Les riches partent, les pauvres s’installent dans les lices.


Viollet-le-Duc repense la ville

Laissée à l’abandon au XVIIIème siècle, démolie, pillée pour ses pierres, la Cité devra son salut à un de ces notables : Pierre Cross-Mayrevieille qui alertera Prosper Mérimée alors inspecteur général des monuments historiques.

L’architecte Eugène Viollet-le-Duc sera chargé de la restauration qui débutera en 1855. Il va repenser la ville, reconstruire ce qui n’est plus que ruines. Les murailles sont rehaussées, les tours réparées, transformées. Certaines de ces dernières, surélevées, percées de larges ouvertures perdront leurs créneaux au profit de toits pentus recouverts d’ardoise. L’architecte libère les lices de toutes les habitations qui y ont été construites, redonne à la cité toute sa splendeur. Un labeur énorme auquel il se consacrera jusqu’à son décès en 1879.

La restauration de la cité sera achevée par son élève Paul Louis Boeswillwald puis par l’architecte Henry Nodet. En tout, les travaux auront duré plus de 50 ans.


Galerie vidéos YouTube

  • Ajoutée le 4 déc. 2015
    Dans la belle cité médiévale de Carcassone, classée au patrimoine mondial par l’Unesco, Sabine nous fait revivre le fil de l’ histoire ! Comment ce petit village gallo-romain a -t – il été fortifié par les Romains pour lutter contre les invasions barbares ? Comment est – il devenue le siège de la vicomté de Carcassonne au XII° siecle ? Pourquoi cette région devient le haut lieu de l’histoire des Cathares, des croisades et de l’inquisition ? Pourquoi Carcassone devient une propriété du Roi de France ? Comment cette cité passe du déclin à la résurrection grâce à l’ immense chantier de restauration confié au célèbre architecte Eugène Viollet-le-Duc ?
     
    Licence YouTube standard © C’est Pas Sorcier

  • Ajoutée le 10 mars 2016 – Région Languedoc Roussillon
    La Cité Médiévale de Carcassonne est une ville fortifiée unique en Europe, de par sa taille et son état de conservation. Marquée par 2 000 ans d’histoire de conquêtes et de croisades, elle a l’avantage d’être toujours habitée.
    Située sur la rive droite de l’Aude, la cité médiévale compte 3 km de doubles remparts et pas moins de 52 tours qui dominent de manière spectaculaire toute la vallée. La plus ancienne occupation connue du lieu, remonte au VIe siècle av. J.-C., époque de la construction d’une forteresse sur l’éperon rocheux dominant les anciennes routes reliant l’Atlantique à la Méditerranée, et la péninsule Ibérique au reste de l’Europe. La ville passa sous domination des Wisigoths au Ve siècle, et résista longtemps aux tentatives des Francs de s’en emparer. Les Arabes eurent plus de succès en 724, mais ils en furent chassés en 759, au terme d’un siège mené par Pépin le Bref. Une insurrection locale, en 1262, poussa le roi à expulser la quasi-totalité de ses habitants, auxquels il permit toutefois de s’installer sur la rive opposée de la rivière, où la nouvelle ville fut bientôt elle-même fortifiée, en 1347.
     
    Licence YouTube standard © Le Monument Préféré des Français


Galerie Photos


>>> Ressources pédagogiques à imprimer <<<